CatégorieAlpinismeGrande voieTerrain d'aventure

Enchainement Arête NW des Grands Charmoz et traversée Charmoz-Grépon, une belle journée sur les arêtes

Toute journée en montagne commence souvent par , « où on va ? », « la météo est elle bonne? », puis ensuite viens la stratégie pour envisager la course. Avec Jordi, un bon pote, on se dit qu’il serait sympa de faire deux courses en une, une combinaison de deux arêtes dans les Aiguilles de Chamonix. Un beau terrain d’entrainement au dessus de la maison. La météo est top, on décide de partir à 3h du parking du Montenvers.

La marche d’approche est vite avalée avec Jordi, 2h15 plus tard on est au niveau de la rimaye. On mange un bout, on s’hydrate bien et c’est reparti en direction du col qui marche le début de l’arête. Un col qui s’accède par deux longueurs en 4sup de l’époque, deux pas qui nous réveillent et nous mettent directement dans l’ambiance. C’est parti pour 800m de cheminement logique imaginé par Pierre Allain et et Marcel Schatz le 28 août 1950. Le topo fait par Louis Laurent, Julien Désécures et François Damilano est vraiment top. Seul bémol, le début entre le doigt de l’Étala et R0 est tout de même assez long, plus long que sur le papier. Il faut bien venir buter à coté de la tour caractéristique aux deux toits. 1 rappel de 25m sur une sangle nous pose au pied de « R0 ». Ouf, on est sur la bonne voie. On alternera petit pas d’escalade bien raide et gradins. Les longueurs raides dessinées par les ouvreurs sont souvent bien raide et tellement classe à grimper. L’escalade est très variée, on trouvera un beau splitter, une cheminée, un dièdre, une dalle. Quelle audace pour l’époque de s’aventurer dans des longueurs comme ça. On déroule assez bien et on avance pas trop mal niveau timing. À 11h/11h30, on sort au sommet de l’itinéraire. Une belle voie bien sauvage et très peu fréquenté. Une voie à conseiller pour être loin des foules.

A 12h, on repart du Baton Wicks, en direction du Grépon. C’est retour sur une traversée d’arêtes plus classique que j’avais fait il y a quelques temps déjà. On enchaine les monuments de l’escalade chamoniarde, le « livre ouvert », la « fissure Mummery »,un des premiers 5 du massif, qui ne sera pas décoter, le « trou du canon », la « vire à bicyclette ». On avance bien et ça déroule, c’est ça qui est plaisant en montagne et surtout avec Jordi. On se dresse à coté de la vierge 2h plus tard. 14h15, après une petite pause, on peut attaquer la descente classique du Grépon et des Nantillons. Une descente des Nantillons sans encombre nous permettra de prendre la benne tranquillement dans l’après midi pour rentrer. Encore une belle journée estivale perchée sur les arêtes chamoniardes avec ce bon Jordi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *