CatégorieAlpinismeGrande voieSkiTerrain d'aventure

En route pour le Bassin d’Argentière

L’anticyclone a chassé tous les nuages et par conséquent toutes les précipitations depuis plusieurs semaines, la neige se fait rare à basse altitude. En vallée, on en profite encore pour grimper en t-shirt au soleil et se faire dorer la pilule. Les Grandes Suites, la Rosière, le Sappey sont les sites de grimpe de l’hiver à proximité d’Annecy, autant en profiter en attendant la neige. C’est vrai que ça commence à démanger sérieusement cette histoire. Malgré un début de saison plutôt prometteur avec notamment une session de rêve, le 11 Novembre, dans les Aravis, les lattes sont restées au placard. Les conditions en goulotte sont très sèche également dans le secteur Aravis et Mont-Blanc. Que va t’on faire pour faire passer cette envie ? Grimpons, grimpons, certes c’est génial mais « bordel » on est quand même en Décembre en Haute-Savoie, la neige nous manque.

IMG_8042.jpg

Marco en route dans le grand 7a de « la voix du silence » aux Grandes-Suites

Après quelques réflexions et quelques retours de sortie, on décide de partir du côté du bassin d’Argentière. Le duo de choc habituel pour vadrouiller en montagne, Pierro et Pipo. Ça chope la benne des Grands Montets dimanche après midi pour rejoindre le refuge d’hiver, en une petite heure on est au chaud devant le poêle.

Le lendemain, lundi,  c’est parti pour aller faire un tour dans cette face nord du col des Cristaux, tant convoitée en ce début de saison. On décolle à 7h30 du refuge, ça nous laissera le temps de faire autre chose dans la journée. On passe devant les Courtes, une face qu’on avait prévu de skier aussi un autre jour mais elle s’avère encore être bien sèche surtout au niveau de la rimaye qui parait monstre.

IMG_8057.jpg
Pierro en route vers la face N du col des Cristaux

On arrive au pied de la face en 1h. L’approche s’est transformée en un court voyage à travers des rêves au pied de ces faces Nord si imposante. Les crampons chaussés, c’est parti pour 500m de pente. La neige est bien froide, légèrement poudreuse à certains endroits.

IMG_8067.jpg
A mi parcours pour le col des Cristaux
IMG_8083.jpg
Asseyez vous, admirez, vous en reprendrez bien un peu ?

En haut vers 10h30, on rechausse les skis pour aller se régaler. C’est vrai que c’est bon, je comprends bien cet attrait pour cette ligne. On arrive en bas avec le grand sourire.

IMG_8089.jpg
Neige 4*. Bientôt la fin de la pente.

Une descente bien cool. On remet les peaux et on décide d’aller voir le couloir des Améthystes, avec son exposition Sud, on pourra avoir une neige différente mais tout aussi agréable à skier.

IMG_8101.jpg
Dans le couloir des Améthystes, un autre skieur en premier plan.

On arrive au pied du couloir vers 12h, et c’est de nouveau parti pour remonter environ 300m de couloir. Une bonne ligne de moquette à skier pour terminer la journée.

IMG_8109.jpg
Dernière descente et on rentre au refuge.

Le sur-lendemain, mardi, on est aller faire un tour dans le couloir en Y de l’aiguille d’Argentière, ligne majeur visible depuis bien loin. De nouveau, on quitte le refuge à 7h30, cette fois-ci avec un chouia plus de matos, car la première rampe est en mixte. Un M5 avec un léger plaquage, juste de quoi planter ses extrémités des crampons et piolets. On tire deux longueurs.

IMG_8125.jpg
Dans le mixte de départ, M5, 40m, 2 longueurs.

Puis on attaque la grande pente de 450m jusqu’au sommet.

IMG_8133.jpg
Pierro, dré dans le pentu avec les faces nord dans son dos.

Il aurait fallu peut-être partir un poil plus tôt pour éviter de voir quelques belles caillasses passer à proximité de nos têtes. Jusqu’au moment, où je m’en suis pris une belle, de 15 kilos juste sur le sac à dos, le temps de se coucher au sol, agrippé aux piolets. Merci Pierro d’avoir levé la tête à ce moment là, et merci le sac à dos. Quelques centimètres plus haut et c’était direct en bas. Putain, cette frontière invisible peut tourner en quelques secondes. Après ce petit moment bien tendu dans le couloir, quelques regards et c’est reparti dans le couloir. On vient buter quelques minutes plus tard,  à la sortie du couloir à environ 3860m, sous Flèche Rousse. Les premiers 40m du couloir se font avec un rappel, encore un peu trop sec pour skier. Puis on s’attaque à ces 400 m de pente raide. La partie haute est encore un peu dur, Pierro préfère sortir son piolet et y aller en dérapage après s’être mis taquet sur le premier virage. Il vaut mieux pas se la coller là haut.  Pour ma part, j’engage les virages et ça déroule nickel de haut en bas. Le bas est plus souple, avec une neige plus travaillée par le soleil.

IMG_8148.jpg
Et ça redescend dans le raide, plongeon sur le bassin d’Argentière.

On arrive en bas des rappels bien content de ces deux journées. On repasse au refuge puis c’est retour au Grands Montets pour rejoindre Argentière.

Qu’est ce que c’est bon de sentir sa vie sous ses skis, chaque virage doit être calculé et entièrement maitrisé. On doit savoir placé ces skis à l’endroit défini au préalable. Une sensation de liberté et de jouissance magique avec juste la pointe de stress qu’il faut. Bienvenue dans l’univers du ski de pente raide. Quelques belles croix pour commencer l’hiver avec le compagnon de choc Pierro. On commence à en avoir des belles d’histoires à raconter ensemble.

IMG_8092.jpg
Le bassin d’Argentière qui voit le soleil partir dire bonjour aux autres faces.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *