CatégorieAlpinismeGrande voieTerrain d'aventure

Un voyage dans Directe 76 en face Sud de la Tête du Rouget

Après les Écrins en alpinisme et le Briançonnais pour la grimpe, on se décide à bouger vers l’Oisans, direction le Soreiller. Je serais avec Thibault, un copain rencontré dans les Écrins il y a quelques temps. Il prépare activement le probatoire de guide. Pleins d’expérience et de motivation, il est au top.

 

IMG_6232
Montée au refuge du Soreiller

Avec le trafic régulé sur la route de la Bérarde dû aux éboulements, on arrive seulement à 16h au hameau des Étages, dimanche. Après avoir réparti équitablement le matos, corde, friends, tente, bouffe, on attaque la montée en direction du refuge du Soreiller. On a opté pour l’option bivouac à proximité du refuge sachant qu’il y avait déjà des copains là haut dans la même situation. 1h40 plus tard, on arrive à proximité du refuge où l’on déposera la tente et le reste du matos. Un bon repas des familles, au menu,  du pain, de la soupe, des pâtes, du sauc’, et du bon fromage. Cerise sur le gâteau, Thibault a même pensé au chocolat, il parait que c’est bon pour le moral.

IMG_6306
Montée face à l’Aiguille Dibona.

Après une bonne nuit dans les duvets et sous la tente, on part à 4h20. Le regel est excellent, ce qui nous fait gagner beaucoup de temps, notamment pour monter à la brèche.

IMG_6254
A la brèche d’accès pour le lever du soleil.

A 7h, on est au pied de la voie et Thibault engage la 1ère longueur, commune avec celle de Rackam le Rouget, une longueur en 5c+ bien prisue, se terminant par une traversée sous un dièdre fissuré.

IMG_6263
A la sortie de L1, relais sous le dièdre sur deux pitons.

Puis c’est parti pour les longueurs « grimpantes » de la voie, une succession de 4/5 longueurs en V/Vsup toujours bien protégeable. On sort de ces longueurs à 10h, le sourire aux oreilles en voyant le timing idéal. Le rocher est juste super, un granite rouge et ultra adhérent. Après cette petite pause contemplation, c’est reparti pour une multitude de longueurs en IV/IVsup avec une recherche d’itinéraire bien marquée.

IMG_6283
C’est parti pour les longueurs en IV jusqu’au sommet.

On se perd sur une longueur, je monte bien trop haut sur la gauche dans le mauvais dièdre, en rocher bien péteux, relais sur un becquet bien pourrie. Puis Thibault engage une traversée un peu expo pour rattraper le reste de la voie. Ensuite on tire une longueur de 60m pour arriver quasi dans les gradins finals.

IMG_6267
Bien mieux que la pièce à matos, le becquet de 180cm.

Il est 14h quand on sort au sommet, bien content d’avoir finir l’ascension. Il faut faire attention à ne pas négliger ces dernières longueurs qui sont bien longue et fatigante.

IMG_6272
Ça sent bon la fin de la voie.

On choisi l’option descente par l’arête SW et ces trois rappels qui nous permettent de récupérer les bâtons qu’on avait laissé. Puis on enquille la descente sur les névés jusqu’au Soreiller, où une bonne bière nous attend.

IMG_6288
Thibault à la descente en pleine arête SW.

Pour le matériel, un jeu de friends jusqu’au 3 suffit, on a doublé quelques tailles petites et moyennes, 2x60m de rappel semble plus confortable, des sangles pour bien gérer le tirage et quelques dégaines.

 Prochain rendez-vous le stage du groupe espoir escalade Hautes-Alpes à Ceüse dans moins d’une semaine et ensuite de la montagne avec Marco et Thibault sur Ailefroide avec de beaux projets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *